• Je me rends bien compte...(4 janvier 2005)

    Comment vas tu ?

    En ce moment, je déteste quand on me pose cette question. Je ressens un profond malaise rien qu'à la lire ou l'entendre. D'ailleurs, Je la lis + que je ne l'entends. Oui. Je vis avec moi même essentiellement. Je suis presque tout le temps dans ma chambre. Je vis à travers le net. Pourtant, je parle avec de moins en moins de personnes à travers ce moyen de communication. Je me rends compte que je me renferme de + en +. Je sens aussi que je deviens de + en + susceptible. Je me sens souvent blessée par certains propos dont je sais pourtant que le but n'était pas de me faire du mal. Elle m'envahit cent z'un maux. Elle envahit mon sang.

    Comment ça va ? Ca va (dans la vie je m'arrête toujours là / sur le net je n'en dis pas beaucoup +).
    Je ne me mens pas. Finalement, je me sens plutôt bien comparée à des millions d'autres personnes dans ce monde (herm).
    Je ne rajoute pas que je me sens profondément seule. Je ne montre pas mon mal être dans la vie. Je le dissimule. Je me le dissimule. Je me vois mal leur dire « Non, je me sens mal. Mon avenir semble inexistant. Je déteste toujours autant la société. Je me déteste toujours autant. J'ai envie de disparaître sans avoir jamais exister. J'ai envie de me faire du mal (même si je sais que je ne le ferais pas). Je ne vois jamais mes rares amis. J'ai de moins en moins de nouvelles d'eux. Je n'arrive pas à trouver ma place dans ma famille. Je me reconnais toujours dans les musiques les plus tristes. Jamais l'inverse. Je n'arrive pas a trouver le livre scolaire « 5 leçons pour réussir à vivre et être heureuse en société». »
    Non, je préfère chercher à l'intérieur de moi une autre partie quand ils sont présents. Je préfère chercher à l'intérieur de moi cette fille qui a envie d'être heureuse, qui a envie de partager des moments agréables avec eux. Oui. Je préfère vivre seule ma tristesse.

    Toutefois, j'essaie souvent de me convaincre que je me sens bien. J'essaie un maximum ne pas me morfondre sur mon sort. D'ailleurs, je ris souvent pour un rien (même si ce n'est pas le cas depuis quelques jours). Toutefois, je sais qu'il y a toujours à l'intérieur de moi ce mal de vivre qui me poursuit. J'essaie juste le plus souvent de me le cacher, de moins le ressentir en ajoutant d'autres choses par dessus. Le problème : je n'arrive pas à le détruire. Il reprend toujours le dessus à un moment ou à un autre.... Là, j'ai envie de hurler « je te déteste ». Oui. JE TE DETESTE toi mon mal de vivre qui m'empêche de vivre plutôt que cette voix qui me répète inlassablement à l'intérieur de moi « Je me déteste, je me déteste, je me déteste...».

    Malgré tout, je sais que je n'ai pas à me plaindre. J'ai une vie en apparence confortable. Une famille. Des amis même si je ne peux pas les voir. D'ailleurs, j'ai vraiment peur de les perdre à cause de ma manière d'agir. Je pense souvent à eux mais je donne de moins en moins souvent de mes nouvelles. Je n'y arrive pas. Ca me semble inutile. Ma vie est tellement insignifiante que je n'arrive pas à la faire partager. De moins en moins souvent en tout cas.
    J'ai aussi une famille qui ne veut que mon bien. D'ailleurs, toute ma famille se réunit pour les fêtes. Ma famille du côté de ma mère est très unie. Mais, je ne me sens pas à ma place parmi eux. Je n'arrive pas à partager leur joie. Des idées sombres m'envahissent alors qu'eux semblent juste vivre un moment agréable. Ensemble. Moi, j'essaie de paraître de bon humeur. Je laisse apparaître un sourire sur mes lèvres. Non. Je ne peux pas tout gâcher. Je ne peux pas leur dire que mon rêve est un cadeau sans prix. Je leur souries en attendant la fin. Je ne peux pas leur dire que j'aimerais rester seule durant les fêtes. Comme si c'était plus facile d'être seule qu'entourée de personnes avec qui on ne peut pas se montrer tel qu'on est. Que c'est plus facile que de paraître heureuse alors qu'on ne l'est pas...Finalement, Je suis toujours seule même entourée de ma famille, d'une foule etc...Toujours à part. Je n'aime pas les fêtes de fin d'année. Je n'aime pas ce jeu de faire semblant que la vie est belle et que tout va bien...même si je m'efforce d'y voir certains bons côtés. Ce n'est pas la fête que je n'aime pas mais ce qu'on en fait. Je voudrais une vraie fête mais je vois en leur fête un côté très morbide...

    Bref, je vais arrêter d'écrire. Mon article n'a aucune importance en soi. Excepté pour moi. Juste le besoin de dire que je me sens seule. Juste le besoin de décrire un certain mal être (même si je n'ai pas réussi à l'exprimer clairement). On n'y apprend Rien de nouveau.
    Ce soir, je me demande s'il y a vraiment une fin ou pas à ce mal être. Est ce qu'un jour je ne ressentirais ENFIN plus cette force qui m'empêche d'agir au sein des autres ? que je ne ressentirais plus ce besoin de rester dans mon bunker toute la journée comme une protection ?...J'ai envie d'être proche de certaines personnes, et, pourtant la plupart du temps je m'en éloigne...J'ai peur quand on me montre de l'affection... J'ai peur que ça me fasse + de mal que de bien...même à travers le virtuel.

    P.S : J'aimerais en aucun cas être juger pour mon extérieur mais juste pour ce qu'il y a là...à l'intérieur. Certes, un peu trop dissimulée parfois...

    "J'ai froid. Tellement froid".

    Ce soir, "Je suis de nature morte".

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :